Hommage à Gérard MARCHAND

marchandVous trouverez ci-dessous l’hommage à Gérard MARCHAND, prononcé par Daniel DEHON lors de ses funérailles le 16 janvier dernier. Si vous le souhaitez, vous pouvez déposer ci-dessous votre Commentaire.

Mon cher Gérard,
C’est au nom des anciens élèves de l’EPIL, que je prends la parole cet après-midi pour te rendre hommage et te remercier pour tout ce que nous avons pu partager ensemble.
Tu as suivi tes études professionnelles dans ce lycée de 1942 à 1945, une période difficile, tu faisais partie de la 29ème promotion, une promotion très représentative, unie, une promotion qui rassemble ses amis qui se retrouvent régulièrement. Et ceux qui sortaient de cette école étaient formés au respect de la discipline et du travail bien fait. C’est avec ses valeurs acquises que tu as construit ta vie professionnelle.
Tu as été membre du conseil d’administration de notre association de nombreuses années. C’est lorsque j’ai intégré ce groupe de travail en 1975, que j’ai fait ta connaissance, et de suite, j’ai été impressionné par ton charisme, ta volonté de faire avancer les choses, et parfois certaines décisions prises par le conseil n’étaient pas en cohérence avec tes idées, et tu n’hésitais pas à le faire savoir.
Avec ton épouse, Georgette et ta fille Martine, tu ne manquais aucune de nos rencontres, aucune de nos fêtes. Il fallait prévoir une grande table qui rassemblait tes copains de la 29ème ! Et lorsque les manifestations se déroulaient dans une salle située à l’extérieur de l’école, nous ne devions pas engager d’agent de sécurité, ta présence à l’entrée suffisait à écarter les mauvais plaisantins.
Si ton engagement associatif était important dans ta vie, ce n’est pas pour autant que tu délaissais ta famille. J’ai souvenir d’avoir découvert l’amour que tu portais à ta sœur, Marie-Thérèse, lors d’un pèlerinage à Sainte Rita, organisé par le Père Bonniez pour les anciens de l’EPIL. Le décès de ton épouse a été une épreuve, vous étiez tellement unis, mais tu reconnaissais être bien entouré par tes enfants et petits-enfants.
Lorsque je te téléphonais pour prendre de tes nouvelles, nous parlions un peu de toi, mais beaucoup de tes proches et de ta seconde famille : l’EPIL. Notre dernière conversation du 30 Décembre était empreinte de joie, malgré la souffrance. Tu avais pu passer Noël chez toi avec ta famille et participer à la découverte des cadeaux remis à tes arrière-petits-enfants. Et puis, il y a eu un lien particulier qui s’est créé avec un ancien de la 26ème promotion, Jean-Marie Lemahieu. Son fils, Christian, qui ne pouvait pas être présent à tes funérailles, témoigne :
“Un lien d’amitié s’est instauré entre nos 2 familles et n’a fait que grandir. Pas un anniversaire les uns sans les autres. Au décès de mon Papa, j’étais en région parisienne et c’est vers ta générosité et celle de ta Famille que j’ai lancé un appel pour aller à son chevet. A mon arrivée, vous aviez pris toutes les décisions nécessaires. Par la suite, c’est moi qui suis devenu ton AMI et chaque fois que nous remontions dans le Nord, il y avait le gîte et le couvert Allée des Charmilles. Puis il y a eu le décès de Georgette dont tu ne t’es jamais remis. Il ne se passait pas 15 jours sans un coup de téléphone, à la fin de notre journée, où nous échangions nos idées, nos états d’âmes et aussi des confidences et souvent dans la conversation je t’entendais dire en soupirant : Eh oui”.

Gérard, nous garderons de toi, le souvenir d’un <Mécano> dévoué et serviable. Merci pour le travail accompli pour notre association, ta gentillesse, ton sourire. Le Seigneur t’a déjà accueilli, tu vas rejoindre Georgette, les membres de ta famille, tes amis et notre aumônier : l’abbé Mahieu, pour qui tu avais tant d’affection.
A-dieu Gérard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.